Les planètes au fil de l’Yvette

Accueil > Parlons astronomie > Pour aller plus loin > Cueillir de la poussière de comète

Cueillir de la poussière de comète


JPEG - 44.3 ko
Vue d’artiste de la sonde Stardust à côté de la comète Wild2, © JPL. NASA.gouv

Pour la première fois depuis les missions Apollo sur la Lune, la sonde Stardust a rapporté sur Terre de la matière extraterrestre.

Giotto, sonde lancée par l’ESA, n’avait fait que transmettre des données et des photos lors du survol de la comète de Halley en 1986. Stardust est la première sonde à rapporter sur Terre des échantillons d’une comète.

Les comètes sont des boules de glaces et de poussières qui circulent à grande vitesse dans l’espace interplanétaire en émettant des jets de matière quand elles passent au voisinage du Soleil. Résidus de la formation du Système Solaire, elles en sont les témoins privilégiés.

Pour recueillir les particules issues de la chevelure de la comète Wild-2, les collecteurs de Stardust ont été recouverts d’un aérogel. C’est un gel de silice caractérisé par sa très faible densité qui lui confère des propriétés (grande porosité notamment) très recherchées pour récolter les particules cométaires sans trop les modifier.

L’étude des comètes apporte des réponses fondamentales sur le Système Solaire primitif. Ainsi, les grains issus de la collecte de Stardust ont-ils révélé qu’ils avaient été formés à haute température (très près du Soleil), ce qui indique un grand brassage lors de la formation du système solaire étant donné la position actuelle de la comète. Pour l’instant, l’étude des comètes a permis la caractérisation de composés minéraux et organiques (à l’origine de la vie ? ), qui aide à mieux comprendre l’évolution passée de la nébuleuse solaire.

JPEG - 39.9 ko
Exemple de trajectoires de particules dans l’aérogel © NASA

Ce texte est actuellement affiché sur Panneau de Pluton et des autres planètes naines.


Accueil | Plan du site | Espace privé